En construction !
+ ...
+ ...
Masashi Andô, l'animateur cinéphile, de Ghibli à CoMix Wave
Par Nicolas, le 5/7/2019 à 22:10
En essayant d'être au plus bref, le garçon a fait ses premières armes au studio Ghibli en 1991 en travaillant comme intervalliste sur le film Souvenirs goutte à goutte d’Isao Takahata. Il ne lui faudra que 4 ans pour figurer au poste de chara-designer et de directeur de l’animation pour le court métrage On your mark, avant de poursuivre sur Princesse Mononoké et Le voyage de Chihiro, pour ne citer qu’eux. Il devient ensuite indépendant et se voit assigné aux même tâches sur Paprika de Satoshi Kon. Et on peut encore ajouter sa direction de l’animation sur Tôkyô Godfathers de ce dernier, Lettre à Momo d’Hiroyuki Okiura, avant d’atterir au studio CoMix Wave pour travailler sur l'incroyable Your name de Makoto Shinkai. Oui, bref, Andô est une pointure de l’animation japonaise, et je me permets d’en accorder quelques mots à travers sa passion pour le cinéma, jusqu’à son arrivée au studio Ghibli.

Masashi Andô, lors d’une interview pour Allociné.

Masashi Andô est un cinéphile, avouant d’ailleurs une passion plus importante pour les films en prise de vue réelle que ceux d’animation. Trouvant cela normal, il décide de suivre un cursus cinéma à la grande fac d’art de Nerima. Aujourd’hui encore, et malgré tout le poids de son travail, il emprunte souvent des vieux films en DVD sans se préoccuper des genres cinématographiques, appréciant bien évidemment Clint Eastwood, Alan Parker, Ang Lee, Sam Raimi (dont Evil Dead II, Darkman et Drag me to hell), ou encore Steven Spielberg et Andreï Tarkovski. Malheureusement, il ne trouve plus le temps de se plonger en salle obscure.

C’est d’ailleurs ce cinéma qui l’aide à accomplir son travail. Après le visionnage d’un film, il lui est facile de reproduire un sentiment si celui-ci lui est resté en mémoire. Pour autant, il ressent de la jalousie quand il n'arrive pas à imiter le naturel des bons acteurs, car pour lui, un animateur accorde plus d’attention et d’énergie sur l’action et l’enrichissement des décors.


Son intérêt pour l’animation est apparu pendant la préparation aux concours d’entrée à l’université. Incertain quant au choix d’une école spécialisée, il décide de se diriger vers la fac d’art de Nerima en songeant aux multiples perspectives qui pourraient s’offrir à lui. Là-bas, il apprend aux côtés d’Hiroshi Ikeda et de Sadao Tsukioka. Le premier était scénariste et directeur technique à Tôei Dôga (Aujourd’hui Tôei Animation), avant de naviguer du côté de Nintendo. Le deuxième est « l’animateur de génie » du même studio, reconnu pour les actions énergiques de ses séquences animées. Ikeda lui conseillait de toujours préparer un plan de secours pour faire face aux critiques.


Et pourtant, il abandonne la fac au cours de sa troisième année lorsqu’il est recruté au studio Ghibli. Autrefois, le studio signait des contrats avec des animateurs indépendants. C’est pourquoi il ne pouvait laisser filer une telle opportunité. Ainsi, le rêve de bosser dans l’animation avec Miyazaki et Takahata devenait une réalité.

Les années passent, et malgré un curriculum d’exception, Masashi Andô n’accède jamais au poste de réalisateur. Il explique que l’envie de le devenir était présente au début de sa carrière, mais cet autre rêve s’effondre en réalisant qu’il ne pourra jamais être au niveau des deux monstres sacrés du studio.


Propos recueillis dans Gekijô anime ni shin-jidai, la nouvelle génération des films d’animation, p75/76.
Commentaires (Encore en construction...)
Truc, le 30/07/2019 à 09:23
Blablabla !
Machin, le 30/07/2019 à 09:26
Bloubloublou !

Tu veux commenter ?



En construction !
+ ...
+ ...